L'histoire du village est très ancienne mais les rares documents retrouvés rendent son passé difficile à retracer.

Histoire

On a retrouvé sur le territoire de Vacqueyras des outils préhistoriques et des vestiges gallo-romains mais la première mention de Vacqueyras date de 1137 : l’église de Vacqueyras figure dans la liste des églises du diocèse d’Orange.

En 1210, le « castrum de vacarias » est rattaché au marquisat de la Drôme, qui correspond en gros à ce qui sera le Comtat Venaissin et qui est la possession du Comte de Toulouse.

Après la croisade des Albigeois, Raymond de Toulouse est dépouillé de ses biens et le Marquisat (avec Vacqueyras), est donné au saint Siège. Vacqueyras est désormais soumis à l’autorité du Pape.

Les Vassadel, seigneurs de Vacqueyras, conserveront ce fief jusqu’à la révolution. En janvier 1791, l’Assemblée des habitants vote à l’unanimité le rattachement du village à la France.

Vacqueyras est la patrie d’un troubadour célèbre : Raimbaut. Apprécié pour la diversité de son œuvre. Il est mieux connu en Italie où il a plus longtemps séjourné qu’en France. Il est mort à Salonique lors de la 4ème croisade où il avait accompagné son protecteur Boniface de Montferrat.

Vacqueyras est aussi la patrie d’Imbert DELONNES, qui fut chirurgien des armées napoléoniennes et de Joseph REYNAUD, félibre provençal.

Patrimoine bâti

  • Les anciens remparts : XVe siècle.
  • Le porche : Jusqu’en 1760, l’unique porte du village. Campanile du début du XIXe siècle.
  • Le portail neuf : Près de l’église, ouvert dans les remparts en 1761.
  • L’église consacrée à saint Barthélemy : L’église primitive de petite dimension date du XIIe siècle ; elle a été agrandie une première fois au XVIIe siècle, une seconde fois au XIXe siècle.
  • Le château : Le château féodal, restauré au XVIIe siècle a été détruit à la révolution. Il en reste les murs de soutènement (photos possibles rue du château et rue Raimbaut) une tour percée de meurtrières et une salle voûtée en arc brisée. Le bâtiment actuel, propriété de l'association des oeuvres paroissiales de Vacqueyras, date du XIXe siècle.
  • La chapelle Notre Dame de Pitié de Coste de Coa (1635) : Elle a été édifiée avec les pierres de la carrière de Coste de Coa à la suite d’un vœu fait au temps de l’épidémie de peste de 1628-1631.
  • La chapelle Notre dame de la Brune XIXe siècle. La borne papale de Fontbonne : Elle porte les armoiries de Jules de la Rovere, légat du pape depuis 1476 et qui deviendra en 1503 le pape Jules II, protecteur de Raphaël et Michel-Ange.

Les fontaines:

  • La grand Font : Première fontaine publique de Vacqueyras, alimentée par les eaux de la source du Tombadou, signalée dès le XVIème, siècle.

  • La Fontaine Raimbaut: Construite en 1866, à l’époque où Vacqueyras s’étend vers la route de Carpentras à Vaison. Un buste de Raimbaut y est inauguré en 1899 en présence de Frédéric Mistral.

  • Les bastides : Le colombier, cette « grange » appartenait au seigneur. Autrefois les habitations à l’extérieur du village fortifié étaient exceptionnelles.

  • Les cabanons : À l’extérieur du village. Ils sont les témoins d’une époque où l’on travaillait les terres avec le cheval et où l’on avait besoin d’un abri au milieu des champs vu la lenteur des déplacements.

  • Les puits

 

 

 

Patrimoine naturel

La végétation méditerranéenne : « Espace botanique de Coste de Coa »

Les arbres :

  • Le chêne du Tombadou
  • Les platanes du Cours Stassart
  • Les amandiers
  • Les cyprès
  • les micocouliers
  • les pins

Les sources :

  • Tombadou,
  • la Ponche,
  • Fontbonne

Le canal de Carpentras : Inauguré en 1857, il irrigue la plaine du Comtat depuis Mérindol sur la Durance jusqu’à l’Aygues. Le canal principal a 65 km de long, les canaux secondaires presque autant.